Le 28 Janvier - Publié sur directmatin.fr

 

La PMA à l’origine de 22.000 naissances chaque année

 

La procréation médicalement assistée (PMA), au cœur du débat sur le « Mariage pour tous » mais écartée du projet de loi, a débouché sur la naissance de plus de 22.000 enfants conçus en 2010. La PMA n'est proposée qu'en cas d'infertilité et recouvre des pratiques diverses.

La PMA a été à l’origine de 22.401 naissances pour 139.344 tentatives effectuées en 2010, soit 2,7% de l'ensemble des naissances cette même année. La technique, aussi appelée assistance médicale à la procréation (AMP), est utilisée chez les couples en mal d’enfant. Elle se présente sous différentes formes.

 

La fécondation in vivo

La fécondation in vivo, aussi appelée insémination artificielle, consiste à injecter des spermatozoïdes dans l’utérus de la future mère, grâce à l’intervention d’un médecin. Le sperme peut provenir du conjoint ou d’un donneur anonyme.

 

La fécondation in vitro

La fécondation in vitro (FIV) permet la naissance des "bébés éprouvettes". Cette technique utilisée depuis les années 1970 suppose le prélèvement d’ovocytes et de spermatozoïdes. Les gamètes sont placées dans une éprouvette afin de permettre la fécondation. L’œuf fécondé, devenu un embryon, est ensuite placé dans l’utérus de la femme.

Lors d’une FIV classique, les ovocytes et les spermatozoïdes sont simplement placés dans une éprouvette en attendant une fécondation naturelle. Dans le cas d’une FIV avec "intra-cytoplasmic sperm injection" (ICSI), une intervention médicale permet d’injecter directement un spermatozoïde dans l’ovocyte.

 

La réglementation française

En France, les dons de spermes et d’ovocytes sont autorisés, gratuits et anonymes. Ils permettent à certains couples d’avoir recourt à une PMA. Mais selon l’Agence de la biomédecine, dans 95% des cas, les spermatozoïdes et les ovocytes proviennent du couple demandeur.

Au titre de l’infertilité, les couples français bénéficient d’une prise en charge totale de la PMA par l’assurance maladie. Chaque femme de moins de 43 ans bénéficie de 6 inséminations artificielles et 4 fécondations in vitro prises en charge par la Sécurité sociale. 

Dans le cadre du débat sur le "mariage pour tous", plusieurs voix se sont élevées en faveur de l'extension de la PMA aux couples féminins homosexuels. Une proposition qui pourrait être concrétisée dans un projet de loi sur la famille susceptible d'être examiné au printemps.